Journée sans commerce : Mi figue mi raisin

Ici, le centre koumi, à Madina.Photo: Amadou Diarouga Diallo/Guineewebinfo©

 

Le groupe organisé des hommes d’affaire Goha a appelé tous les commerçants à fermer boutiques et magasins pour la journée de ce 1 er septembre sur toute l’étendue du territoire guinéen, en solidarité aux victimes de casse lors des événements corollaires des manifestations politiques de l’opposition entre 2012 et 2013, mais si par endroit l’appel a été suivi, il faut noter qu’il y a des non suivistes, a-t-on constaté.

 

Marché du km 36

Au moment ou notre reporter y était les quelques boutiques sur le bord de route s’affairaient à ouvrir. En plus des étalagistes, les femmes vendeuses de friperie avaient elles grandement ouvert les étals même si elles disent ne pas être concernées par l’appel car n’ayant pas boutiques ou magasins.

‘’Nous avons appris que le Goha a appelé à une journée sans commerce aujourd’hui, c’est une bonne chose car c’est pour se solidariser avec les victimes de casse mais les organisateurs doivent savoir que tout le monde ne peut fermer car vous savez comment vivent les guinéens’’, nous confie Madame K. Camara, commerçante au marché Km36.

Par contre, un autre commerçant contacté par notre reporter s’écarte de la manière dont les organisateurs de cette ‘’journée sans commerce’’ procède, pour lui, il faut continuer à dialoguer à partir du moment où l’état ne perd pas. ‘’Je crois que les organisateurs pénalisent davantage les victimes car l’état ne perd rien avec une telle action…’’, témoigne cet autre commerçant sous anonymat.

une vue du marché du Km36, a Coyah

Marché Matoto, tou est fermé

Là tout est cloitré. L’appel semble être suivi totalement car aucun magasin, étal n’est visible.

‘’Nous ici tout est fermé, nous respectons l’appel du Goha pour nous solidariser avec les victimes de casse’’, laisse entendre A.B très remonté. Et d’ajouter : ‘’le gouvernement a dit qu’il ne remboursera personne, alors on verra…’’, conclut-il

Marché de Madina, même son de cloche

Tout presque était fermé au moment du passage de notre reporter. Un bémol : les magasins de friperie sur le long de l’autoroute Fidel Castro étaient ouverts, sinon tous les magasins et autres boutiques de grand marchés restaient fermés au moment de notre passage.

Il faut rappeler que les victimes des casses réclament à l’état guinéen prés de 47 milliards de nos francs après une évaluation sur bilan de la perte de chaque victime.

La sortie du ministre Bantama SOW, ministre des guinéens de l’étranger le mois dernier au siège du RPG arc-en-ciel, a galvanisé les victimes à accélérer la réclamation de leur dédommagement par l’eta guinéen qui s’y est engagé lors des accords politiques du 3  juillet 2013 entre la mouvance et l’opposition guinéenne.

BAH Amadou Bailo

621952988

 

Ajouter vos commentaires

0
conditions d'utilisation.

Participant à cette conversation

Commentaires (12)

Charger les commentaires précédents