L’atteinte des OMD à l’horizon 2015, se complique malgré les résultats macroéconomiques

Le représentante du système des nations unies en Guinée, A. BOAMAH(g)

En dépit des exploits atteints dans le cadre de la croissance économique, les indicateurs macroéconomiques ne favorisent pas l’atteinte des Objectifs du millénaires pour le développement (OMD) à l’horizon 2015 en Guinée, a fait savoir mardi le représentant résident du système des Nations Unies, Anthony Baomah.

 

Pour cerner l’élan de la Guinée dans l’atteinte des OMD, une rencontre de concertation et de validation du 4ème rapport national de suivi des OMD en Guinée, a été organisée mardi, avec la participation du gouvernement et des partenaires au développement.

Selon M. Baomah, la pauvreté n’a cessé de s’élargir, en dépit des immenses potentialités naturelles du pays et de la bravoure de ses populations. Il a ajouté que plus d’un Guinéen sur deux vivent sous le seuil de pauvreté et que près d’un enfant de moins de 5 ans sur cinq est affecté par l’insuffisance pondérale. De même, près de quatre enfants sur dix n’achèvent pas le cycle d’études primaires et les taux de mortalité maternelle et infantile restent parmi les plus élevés de la sous-région.

« Pour avoir eu le privilège de suivre la situation de la Guinée au cours de ces dernières années, je crois que d’importants progrès restent encore à accomplir dans ce domaine », a souligné l’émissaire onusien.

Cette situation interpelle tout le monde et « nous devons reconnaître que nous n’avons pas su honorer pleinement nos engagements vis-à-vis des populations, même si des efforts ont été faits et des progrès accomplis dans certains domaines ».

Sur le plan africain, une plate-forme commune et structurée autour des priorités a été élaborée avec la participation de la Guinée à côté des autres pays africains. Cette plate-forme met l’accent sur la croissance économique et la transformation structurelle, la réorientation de modèle du développement en privilégiant le financement et l’appropriation nationale.

Il s’agit également de se préoccuper davantage de groupes vulnérables (les femmes, les enfants, les jeunes, les personnes âgées, les personnes handicapées) dans la définition des plans prioritaire de développement.

« Je ne doute pas des efforts du gouvernement guinéen pour créer les bases d’un développement plus soutenu et durable qui produiront des effets bénéfiques dans la lutte contre la pauvreté, » a expliqué M. Boamah.

Pour lui, la relance des investissements et le renforcement des mécanismes de fourniture des services publics doivent donc constituer des priorités pour réaliser des progrès vers les OMD.

Xinhua

 

 

Ajouter vos commentaires

0
conditions d'utilisation.

Commentaires

  • Aucun commentaire trouvé