11034900_997285390283943_607254240111070176_n

Réunis mercredi à Conakry à l’occasion de la XVIème conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal (OMVS), les présidents des pays membres ont exprimé leurs préoccupations sur le changement climatique qui touche la sous-région.

 

Dans une déclaration conjointe, les chefs d’Etat du Mali Ibrahim Boubacar Keita, de la Mauritanie Mohamed Ould Abdel Aziz, du Sénégal Macky Sall et de la Guinée Alpha Condé ont appelé la communauté internationale à atténuer les effets du changement climatique qui frappent les pays à économie faible.

Ils ont fustigé la dégradation de l’environnement à travers une fragilité des écosystèmes des zones riveraines du fleuve Sénégal et la vulnérabilité des populations face à la variabilité climatique.

Les populations vivant sur les rives du fleuve sont invités par les présidents à s’impliquer activement pour la mise en oeuvre des projets de restauration des ressources de l’agroforesterie et pour une exploitation rationnelle de ces ressources de la région.

Pour les chefs d’Etat, il faut renforcer la coopération internationale afin de diminuer les gaz à effet de serre et sauvegarder le massif du Fouta Djallon (en Moyenne Guinée) qui abrite la source du fleuve Sénégal.

Succédant au président mauritanien, le chef de l’Etat guinéen Alpha Condé est le nouveau président en exercice de l’OMVS.

Xinhua