Dialogue Inter-guinéen: Vers un nouveau blocus?

Entamé en juin dernier, le dialogue politique inter guinéen tarde à mettre les acteurs politiques guinéens sur la même longueur d'onde quant au processus électoral depuis l'annonce de la date de tenue de la présidentielle le 10 Mars dernier.

En effet, après plusieurs rencontres et discussions autour du chronogramme électoral, l'opposition a annoncé ce vendredi 3 juillet la suspension quant à sa participation pour la suite des débats.

Il faut noter à cette rencontre de ce vendredi la présence au palais du peuple de Sidya Toure de l'UFR, Cellou Dalein Diallo de l'UFDG et Bah Baadikko de l'UFD.

Sidya Toure a déclaré au sortir de cette rencontre: ‘’ Sur la question essentielle des élections locales nous n’avons pas eu d’accord. L’opposition a reculé par rapport à l’organisation des élections, en proposant que les 3500 à 4000 élus locaux soient répartis entre les partis politiques sur la base des élections législatives qui ont eu lieu en 2013. Le RPG (parti au pouvoir, Ndlr) est resté majoritaire dans des régions où l’opposition n’a même pas pu avoir un élu local comme à Mandiana où le RPG aurait eu plus de 97.7%. Dans des zones comme ça on sait que l’opposition n’aurait rien eu, mais nous étions prêts à accepter tout cela, ne serait-ce que de façon temporaire en attendant les élections. Cela nous permettrait  d’être représentés sur toute l’étendue du territoire. Nous n’avons pas pu avoir un seul accord sur ce point. Et donc nous pensons que dans la mesure où ce point qui représentait l’essentiel de nos revendications n’a pas pu évoluer depuis pratiquement deux mois, nous pensons que nous ne pouvons pas continuer la discussion et que la proposition d’accord qui nous a été faite ne pouvait pas être à l’état signée par l’opposition Républicaine’’

Avec ce nouveau blocus l'on est tenté de dire que les jours à venir seront très incertains quant à l'accalmie observée depuis les dernières manifestations quand on sait que le chef de file de l'opposition Cellou Dalein Diallo «n’exclut pas la reprise des manifestations » en cas de non accord autour des questions sur le chronogramme électoral.

Diallo Adama hawa

622233738

Ajouter vos commentaires

0
conditions d'utilisation.

Participant à cette conversation

Commentaires (11)

Charger les commentaires précédents