‘’La guinée n’est pas une propriété privée d’Alpha Condé…’’ s’ecrie Jean Marie Doré.

Après sa rencontre avec le facilitateur des nations unies dans le dialogue guinéen Said Djinnit, le president de l’union pour le progrés de la guinée (Upg), jean Marie Doré donne sa position face au forcing que veut operer le pouvoir après le decret convoquant les electeurs aux urnes le 30 juin.

 

 

’Mon point de vue est que, je ne souhaite pas que ce soit le président qui ait réfléchi personnellement pour prendre le décret… Parce que c’est très grave. Mais, si c’est d’autres personnes qui lui ont dit de prendre le décret, parce qu’il a un boulevard devant lui, ce sont ses ennemis qui lui ont donné ce conseil. Car, le peuple de Guinée n’est pas un troupeau de moutons’’ s’insurge Jean-Marie Doré qui précise que son parti l’UPG n’accepte pas le décret.

‘’Nous sommes dans un Etat et nous marchons vers la construction d’un Etat de droit démocratique. La démocratie suppose le débat. Puisqu’elle permet la pluralité des opinions, des courants. Donc, s’il y a plusieurs courants, chaque fois qu’il faut prendre une décision importante dans un pays, il faut ouvrir le débat et tout débat doit déboucher sur un compromis. Le compromis est l’expression, au jour le jour, du débat démocratique. Personne ne doit imposer sa volonté à la majorité. Parce que nous sommes dans une démocratie représentative, les partis politiques représentent les populations. Quand on commence un débat avec eux, il faut aller jusqu’au bout. Puisque l’intérêt de la Guinée est en conclusion. Ici, à l’UPG, nous sommes un parti du Centre. Le Centre fait des analyses impersonnelles, uniquement axés sur l’intérêt de la Guinée.

Si les analyses du gouvernement recoupent les nôtres, on soutient ce point de vue là. Si l’opposition avance des thèses qui recoupent nos analyses, on soutient et on fait avec. Mais, nous ne pouvons pas, après avoir examiné de tout côté la crise née du refus catégorique de renvoyer Waymark, accepter le décret. Parce qu’il n’y a aucune justification et que les Guinéens vont se battre pour une société commerciale. On nous dit que parce que monsieur Alpha Condé veut avoir 90 députés pour gouverner la Guinée comme il veut. Mais, la Guinée n’est pas sa propriété privée. Il est président de la République avec des pouvoirs légaux précis mais, il n’a pas le titre foncier de la Guinée. Il ne peut faire de la Guinée ce qu’il veut. Il fait de la Guinée, ce que la loi lui a commandé de faire, de conduire la Guinée dans la sécurité totale, sécurité des personnes et de leurs biens à partir du fonctionnement régulier des institutions qui s’équilibrent. Il est le président de la République, la clé de voûte des institutions. Le parlement a la vocation de faire des lois et l’organisation judiciaire pour appliquer les lois, c’est de cela, il s’agit. Mais personne n’est propriétaire de la Guinée et personne ne peut la conduire comme il l’entend. Jamais et jamais, nous n’accepterons cela’’

Sow A.Djibril

Ajouter vos commentaires

0
conditions d'utilisation.

Participant à cette conversation

Commentaires (10)