Vie de l’Etat : Le bilan des promesses du président Condé

De l’électricité dans toutes les familles, de l’autosuffisance alimentaire, des ordinateurs pour tous les élèves guinéens, de la gratuité de la césarienne, voilà, entre autres, des promesses mirobolantes faites par le président Condé, aux premières heures de son élection à la tête du pays.


De quoi faire rêver les populations guinéennes dont les moins averties avaient pris ces promesses comme du comptant. A quelques mois de la fin du mandat présidentiel, c’est partout la désillusion, aucune de ces promesses n’aura pu être tenue. Les barrages dont la construction fut aussi annoncée seraient toujours en chantier. Le code minier dont on disait être un précieux appât pour les investisseurs étranger, n’aura fait que l’effet d’un miroir aux alouettes. Il n’en reste qu’une nébuleuse, juste pour éblouir tous ceux qui veulent en savoir davantage.


L’autosuffisance alimentaire est un rêve avorté et ce, depuis la mauvaise expérimentation des engrais versés dans le secteur agricole. L’on en attend le bilan des récoltes de la dernière saison. Quand aux guinéens, ils continuent de se nourrir de riz importé. L’Etat qui avait cru pouvoir se substituer aux opérateurs économiques dans la commercialisation du riz s’est essoufflé. L’eau de robinet est une source de bactéries pour les consommateurs. Le projet de réhabilitation de la régie de chemin de fer n’aura été qu’un vœu pieux. Le poisson est vendu plus cher en Guinée qu’ailleurs dans la sous-région. Tout le secteur économique bat de l’aile. La pauvreté s’est cruellement installée partout en Guinée. La lutte contre le virus Ebola est devenue le meilleur dérivatif, pour faire oublier les souffrances des populations qui croupissent dans le dénuement total. Pourtant, de l’avis des défenseurs du pouvoir, le bilan serait même excédentaire, les éléments qui le confirmeraient se trouveraient dans les bonnes intentions du gouvernement.

A Mamou, 15 km de bitume suffiraient pour cacher la précarité dans cette ville. Le Gouverneur de cette Région avoue que c’est la toute première fois que tels travaux sont réalisés dans sa circonscription. Le Virus Ebola est moins une source de revenu qu’une campagne de séduction politique. Le bilan des promesses reste ce qu’il a toujours été : un gros panier d’illusions. Stop Ebola !

Thierno Mamadou BAH

Commentaire (1589) Clics: 7471

Bah Oury : ‘’Quelle malédiction sur la Guinée ? La mauvaise gouvernance !’’

Petit garçon, j'ai été marqué par les récits de mes parents, évoquant  le calvaire des adolescents, qui victimes de rafles massives, étaient entassés dans les commissariats de Conakry avant d'être envoyés aux confins du territoire pour des travaux forcés.

Gouvernement : Madifing quitte et Cheick Taliby fait son entrée

 

 

Madifing_Diabe

Madifing Diané et Cheick Taliby

Le président guinéen Alpha Condé a procédé mardi à un mini remaniement ministériel avec la nomination de deux nouveaux ministres, au niveau du ministère de l’Energie et de l’Hydraulique, et au niveau de la Sécurité et de la Protection civile, a-t-on appris de sources officielles.

Sekoutoureya: Kassory nommé ministre d'État

A défaut de la primature où des rumeurs l'avaient déjà parachuté, le président du parti Guinée Pour Tous vient de bénéficier de la confiance du président CONDÉ.

Ebola: les contrôles à l'arrivée sur les vols en provenance de Guinée débutent vendredi

''Nous réfléchissons à l'éventualité d'un développement des contrôles à l'arrivée des vols directs de Conakry'', avait déclaré lundi la ministre de la santé Mari sol Touraine.

Vers un mandat d’arrêt international contre Toumba

A la veille de la commémoration du 5e anniversaire du massacre du stade du 28 septembre, la tunisienne Souhayr, présidente d’honneur de la FIDH a déploré la lenteur dans l’instruction de l’affaire. Elle a crié son ras-le-bol face à l’impunité dont jouissent certains présumés auteurs du massacre, citant le cas du lieutenant Aboubacar Sidiki Diakité, alias Toumba.

Evenements du 28 septembre: Cinq ans apres, declaration de cellou Dalein

Cinq années se sont écoulées depuis   le massacre du 28 Septembre.  Mais rien ne peut obscurcir les souvenirs cruels de ce tragique jour où la nation entière a été  profondément mutilée. Dans un stade, un champ clos, 156 personnes tuées  par balles réelles  des forces de sécurité,  109 femmes violées, plus de 1000 personnes  blessées. Elles étaient là pour la Guinée,  pour l’amour de la patrie,  pour défendre la démocratie, pour notre liberté.

BAH Oury sur le massacre de Womey: un mensonge d’Etat ?

La gouvernance d’Alpha CONDE est marquée par le recours systématique à la violence et au mensonge. La gestion de la maladie hémorragique Ebola est une catastrophe nationale et sous-régionale parce que les autorités guinéennes ont minimisé et même des fois nié la gravité de la maladie. Cela les a empêché de prendre à temps les mesures indispensables pour stopper la propagation de l’épidémie.

Ebola : La France promet un hôpital militaire à la Guinée

La France construira un hôpital militaire en Guinée dans le cadre de la riposte contre l’épidémie à virus Ebola qui sévit en Guinée depuis mars 2014, a appris Guineewebinfo.net©.

Opinion: Affaire dite des quatre milliards, mon avis sur le sujet

 

Passés les petites attaques  de politique politicienne, les discours de militants de différents bords, les propagandes des uns et des autres, il est temps de regarder le problème de façon lucide, sans tabou ni passion.

Riposte contre Ebola: le président ghanéen attendu à Conakry

Le président ghanéen et président en exercice de la CEDEAO sera ce soir-s'il n'est pas déjà dans nos murs au moment où nous postons ces lignes-à Conakry, pour rencontrer son homologue Alpha Condé, a appris Guineewebinfo.net des médias de service public.

Ministère de la sécurité : Ghare est-il dans la grâce présidentielle ?

Depuis l'arrivée de l'actuel ministre de la sécurité et de la protection civile, Madifing Diane dans ce département, les bisbilles n'ont cessé d'alimenter les relations entre lui et le directeur général de la police nationale, Mohamed Ghare.