‘’Le patrimoine bâti public guinéen est le concentré de la défaillance de l'Etat’’ (directeur)

 

Le patrimoine bâti public guinéen est le concentré de la défaillance de l'Etat et de la méconnaissance des textes juridiques relatifs aux biens publics de l'Etat, différents des biens privés appartenant à des personnes tierces, a déclaré lundi le directeur du Patrimoine bâti public Moustapha Naité, sur les ondes d'une radio locale.

 

Ce constat du reste amère fait par le directeur du patrimoine est la résultante de la spoliation et de détournement des biens immobiliers de l'Etat, par des cadres administratifs et des sociétés privées implantées dans le pays.

Avec l'arrivée au pouvoir des nouvelles autorités politiques en 2010, le gouvernement à travers les départements ministériels concernés a procédé à la mise en place d'une commission nationale d'assainissement du patrimoine bâti de l'Etat, afin de renouveler les données statistiques y afférentes.

Aux dires de M. Naité, un inventaire établi à l'issu des premiers travaux a permis de dénoté plus de 27 000 biens ( bâtiments et terrains nus) appartenant à l'Etat guinéens et dont une grande partie a été dépouillée par des tierces personnes au détriment de l'Etat guinéen.

Suivant le programme d'examen et d'assainissement de ladite commission, sur les cinq communes urbaines de Conakry, deux sont passées au peigne fin avec l'établissement d'un rapport clair sur toutes les situations des biens immobiliers de l'Etat (habitations et terrains nus), a fait savoir le directeur.

Selon lui, par manque d'autorité de l'Etat et le manque de contrôle des biens inscrits dans le patrimoine national, les populations avaient fini par faire un amalgame en confondant leurs propriétés privées aux biens de l'Etat.

La gestion efficiente du patrimoine de l'Etat est le travail de la direction du patrimoine bâti public. A cet effet, la direction a fait en 2012, une recette de plus de 8 milliards de francs guinéens soit près de 1,2 million dollars américains.

Pour le compte des 17 immeubles de la citée dénommée "chemin de fer", la direction du patrimoine a récupéré au total 14 milliards de GNF, soit 2 millions de dollars depuis la réquisition de la citée, il y a un an.

La Guinée compte actuellement 100 mille fonctionnaires de l'administration publiques et seulement 1 790 sont logés dans les habitations publiques de l'Etat, dont un nombre important sont à la retraite.

Les frais de locations dans les bâtiments publics de l'Etat varient de 100 000 francs guinéens à 250 000 GNF, soit entre 14 dollars et 35 dollars, contre 500 000 GNF à 1 000 000 GNF, soit entre 71 dollars et 142 dollars, pour la location des bâtiments privés.

Xinhua

Ajouter vos commentaires

0
conditions d'utilisation.

Participant à cette conversation

Commentaires (10)