Des cas d’ébola à Labé

labé popodaraJusque-là épargné du virus ébola, la préfecture de Labé a connu ses premiers cas d’ébola, dans la sous-préfecture de Popodara, secteur sambayabhè. Un nouveau-né dont la mère a été emportée par la maladie récemment à Conakry, aurait transmis le virus.  Le père de l’enfant et sa grand-mère qui s’occupaient de l’enfant ont été tous contaminés, d’après le test effectué à Conakry.

Droit et Devoir Conjugal, que dit la loi en Guinée ?

litLe chef de Centre de l’Etat Civil de Mafanco, M. Bangoura a accordé à l’AGP un entretien essentiellement axé sur le Droit et le Devoir Conjugal. C’était au Tribunal de la Première Instance (TPI) de Mafanco.

Deux millions de filles excisées en Guinée chaque année

 

Deux millions de filles excisées en Guinée chaque année - 'Les mutilations génitales féminines (Mgf) touchent chaque année en Guinée plus de deux millions de filles âgées de 4 à 15 ans», a déclaré lundi à la PANA, Mme Aissatou Barry, présidente de l’Association guinéenne des assistantes sociales (Aguidas).

L’UE soutient le programme de réhabilitation des barrages de Garafiri, Donké, Banéah…

barrage

La Banque européenne d’investissement (BEI), institution financière de l’Union européenne (UE), a signé mercredi un contrat de financement pour soutenir l’investissement visant à réhabiliter des infrastructures énergétiques en Guinée, à l’occasion d’un cadre du ministère guinéen de l’Economie et des Finances à Bruxelles.

Il s’agit de la première intervention de la BEI en Guinée depuis la levée des sanctions imposées à ce pays d’Afrique de l’Ouest suite à un coup d’Etat en 2008, selon un communiqué de presse de la banque, rappelant que le dernier projet que la BEI avait approuvé pour le pays remonte à 2003 et concernait la rénovation du port de Conakry.

Le développement économique en Guinée est fortement pénalisé par ses capacités limitées en matière de production et de distribution d’électricité, alors que ses ressources hydro-électriques sont importantes, indique la BEI, ajoutant que les projets énergétiques dans le pays, qui ne sont pas situés dans les zones les plus touchées par l’épidémie Ebola, contribueront, une fois opérationnels, à la mise en place de traitements médicaux et au soutien de l’activité économique, indique la BEI.

« L’Afrique de l’Ouest est confrontée à des défis énergétiques majeurs et la BEI est résolue à appuyer des investissements qui stimulent l’activité économique et améliorent les conditions de vie sur tout le continent africain (…). L’épidémie Ebola n’est toujours pas contenue, mais il est essentiel que la communauté internationale n’abandonne pas la région », a déclaré Pim van Ballekom, vice-président de la BEI.

Le programme d’investissement soutenu par la BEI concerne la réhabilitation des centrales hydro-électriques des Grandes Chutes de Donkea, Baneah et Garafiri, avec une augmentation des capacités de production d’électricité de 75 MW à 122 MW. En outre, deux postes électriques situés à Sonfonia et Kipe ainsi que le réseau de distribution d’électricité de Conakry seront rénovés et agrandis, précise le communiqué.

La BEI financera environ 38% du coût du projet, auquel participeront aussi la Guinée, la Banque islamique de développement, le Fonds koweïtien pour le développement, la Banque mondiale et la Banque africaine de développement, toujours selon le communiqué.

Xinhua

Commentaire (0) Clics: 6023

Riposte contre Ebola : Les louvoiements de la coordination

 

 coordinationLa Coordination nationale de lutte contre Ebola peine à appliquer l’état d’urgence sanitaire. Cette incurie a pour conséquence d’entretenir des foyers d’épidémie provoqués par des contacts dont le suivi connait des failles.

On ne le dira jamais assez, la réticence des populations de certaines localités à toute intervention des équipes anti-Ebola favorise  la propagation de l’épidémie.

Cette réticence s’observe même dans la capitale, où les autorités se sont heurtées jeudi dernier au refus des habitants du quartier de Yimbaya Bougie, un quartier de la commune de Matoto de permettre la construction d’un centre de traitement Ebola.

La cérémonie de pose de la première pierre de la construction de cette infrastructure fut ajournée, face à la protestation des populations. Le président Alpha Condé qui devait rallier les lieux  fut contraint d’y renoncer. C’est alors qu’il a instruit son Premier ministre Mohamed Saïd Fofana de prendre langue avec les populations de la commune de Matoto, histoire de les amener à adhérer au projet.

Dans la foulée, le Premier ministre a échangé avec les habitants de la zone, autour de l’utilité de la délocalisation du centre de traitement anti-Ebola basé dans l’enceinte du CHU Donka pour ce nouveau site qu’il juge ‘’mieux approprié.’’

Puis ce fut le tour  du gouverneur Soriba Sorel Camara de prendre la relève dans le cadre de cette opération de  sensibilisation en faveur de la mise en œuvre de ce projet.

Cette manifestation survenue dans ce quartier de la banlieue de Conakry avait été précédée d’un autre incident  similaire, qui avait vu des habitants de Wanindara, un quartier de la commune de Ratoma, opposer leur refus  à l’inhumation par la Croix rouge d’une victime d’Ebola dans un cimetière situé dans le dit quartier.

Il ya de cela une semaine.

L’enterrement avait été fait sur fond de tension. Les populations avaient même incendié  un véhicule de la Croix rouge, dans leur furie. Et de peur que la situation ne dégénère davantage, le gouvernement avait dépêché nuitamment une équipe de fossoyeurs sur les lieux pour déterrer le corps de la victime, pour une inhumation au grand cimetière de la capitale. Le tout s’est déroulé sous la supervision du ministre de la Santé et de l’hygiène publique Dr Rémy Lamah.

Cet incident  s’est produit alors que Dr Sakoba Kéita, coordinateur national de lutte contre le virus Ebola venait   de  lancer un appel aux leaders religieux, les appelant  à jouer pleinement leur partition dans le  combat contre la réticence des populations  à l’égard des équipes anti-Ebola.

Cet appel lancé après la visite du président français en Guinée,  illustre l’impuissance des autorités à arriver à bout   des réticences des populations.

C’est le lieu de noter que le président  Condé avait   annoncé  devant François Hollande  que la force allait être dorénavant employée dans la lutte contre Ebola. Mais c’est toujours le statut quo, et les réticences ne sont pas totalement vaincues.

Dans la situation épidémiologique publiée le 6 décembre par la Coordination  nationale de riposte contre Ebola et ses partenaires techniques, on note 17  foyers actifs. Des foyers qui se situent principalement en Guinée forestière, en Haute Guinée et en Basse Guinée.

Depuis la déclaration de  l’épidémie en mars 2014, jusqu’à la date du 04 décembre la Guinée a enregistré 2199 cas dont 1373 décès soit 62, 4% répartis comme suit: cas confirmés: 1963 dont 1158 décès soit 58, 9%, cas probables : 215 dont 215 décès et cas suspects : 21. Et ce sont au total 728 personnes qui seraient sorties guéries des centres de  traitement. Ce qui représente un taux de 37%.

 A noter enfin que les premiers essais cliniques seront effectués à Gueckedou et Macenta, deux préfectures très touchées par la maladie dans le sud est du pays  en fin décembre.  Il s’agit  du favipiravir, un sérum produit au Japon.

In Le Démocrate

Commentaire (0) Clics: 5766

Réapparition de Ebola à Télimélé : voici la déclaration de la coordination internationale pour le développement de la ville

MDG : Ebola epidemic in West Africa : MSF center for victims of the Ebola virus in GuekedouLe Bureau de la coordination internationale pour le développement de Télimélé (CIDT) a appris avec beaucoup de surprise et de regret que des  personnes considérées comme des contacts de la maladie à virus Ebola, au lieu de se plier aux procédures édictées, se sont rendues dans leur village d’origine, à Bheygol, dans la sous préfecture de Sarékaly, préfecture de Télimélé. Sur place, deux personnes sont décédées et ont été enterrées par la communauté sans se plier au protocole qui impose un enterrement sécurisé ; exposant ainsi les innocentes personnes qui ont lavé les corps et ceux qui les ont enterré à des probabilités de contamination. Cliquer ici pour lire toute la déclaration

Commentaire (0) Clics: 4251

La Chine offre un million USD de médicaments à un hôpital de Conakry

hopital-kipe

Hôpital sino guinéen à Kipé

Le Haut commissaire du gouvernement chinois pour la lutte contre Ebola en Afrique Xu Shuqiang a offert samedi un don de matériels et de médicaments d’une valeur d’un million USD à l’hôpital de l’amitié sino-guinéen, situé à Conakry, capitale guinéenne.

La cérémonie de remise s’est déroulée au sein de l’hôpital en présence du haut commissaire du gouvernement chinois, de l’ Ambassadeur de Chine en Guinée, du ministre de la coopération internationale et de plusieurs invités de marques guinéens et chinois.

Ebola: la Guinée-Bissau rouvrira ses frontières avec la Guinée le 9 décembre

La Guinée-Bissau va rouvrir le 9 décembre ses frontières avec la Guinée, fermées depuis le 12 août en raison de l'épidémie d'Ebola en cours en Afrique de l'Ouest, a annoncé le gouvernement jeudi à Bissau.

Can 2015 : la guinée dans le cercle infernal

Malabo. Après le tirage au sort des poules pour la phase finale de la coupe d'afrique des nations Malabao 2015, mecredi 3 decembre, le syli de guinée se trouve etre logée dans la poule des lions indomptables du Cameroun, des éléphants de cote d'ivoire et des aigles du Mali.

Ebola Liberia, Guinée, Sierra Leone : où en est la lutte contre Ebola ? Lire l'arti Ebola : Liberia, Guinée, Sierra Leone : où en est la lutte contre Ebola ?

Du personnel de la Croix Rouge française transport un malade atteint par Ebola, en Guinée.Si le taux hebdomadaire de transmission du virus Ebola reste élevé au Liberia, en Guinée et au Sierra Leone, l'OMS estime pouvoir "prendre le dessus" sur l'épidémie dans ces trois pays les plus touchés. Explications.

Ebola : le bilan au 20 novembre

tass ébolaDu début de l’épidémie jusqu’à la date du 20 Novembre 2014 à 18 heures, la Guinée a enregistré 2077 cas dont 1233 décès (59.3%) répartis comme suit :

- Cas confirmés : 1791 dont 1023 décès (57.1%),

- Cas probables : 210 dont 210 décès,

- Cas suspects : 76.

Au total 646 personnes sont sorties guéries des centres de traitement (soit 36%).

Dans la journée du 20 Novembre 2014, le nombre de cas hospitalisés dans les différents centres de traitement du pays est réparti comme suit :

- CTE de Guéckédou : 74 cas sont hospitalisés, dont 64 cas confirmés (Macenta : 11 ; Kérouané : 6 ; N’Nzérékoré : 10 ; Faranah : 12 ; Siguiri : 2 ; Kankan : 8 ; Beyla:6 ; Guéckédou : 1 et Kouroussa : 8) et 10 cas suspects (Kissidougou : 2 ; Guéckédou : 3 ; Nzérékoré : 2 et Faranah : 3).
- CTE de Macenta : 19 cas dont 13 confirmés et 06 suspects sont hospitalisés.
- CTE de Conakry : 29 cas dont 20 cas confirmés et 09 cas suspects sont hospitalisés.

Ce qui fait un total de 122 cas dont 97 confirmés et 25 suspects dans les centres de traitement.

CONSTATS
1- Nombre de préfectures nouvellement touchées cette semaine : 0 ;
2- Nombre de préfectures qui était devenues calmes et redevenues actives = 0
3- Nombre de préfectures antérieurement touchées ne notifiant pas de cas depuis plus de 42 jours (Foyers calmes) : 07 (Boké, Pita, Dalaba, Dinguiraye, Dabola, Yomou et Télimélé).
4- Nombre de foyers ayant notifié au moins un cas durant les 21 derniers jours (Foyers actifs) : 16 (Macenta, Nzérékoré, Guéckédou, Beyla, Lola, Kindia, Kankan, Siguiri, Faranah, Conakry, Coyah, Forécariah, Kérouané, Dubréka, Kissidougou et Kouroussa).

ACTIVITES REALISEES :
1- Livraison de 35 motos aux préfectures de Coyah et Kankan (10 motos chacune), Siguiri (15 motos) et 100 cartons de chlore à Kankan ;
2- Fourniture de sacs mortuaires à Koundara et Gaoual ainsi qu’aux préfectures de la Région de Labé ;
3- Mise à disposition de 16 véhicules aux différentes préfectures les plus touchées ;
4- Finalisation de la boîte à images et du guide des messages, suivie de la réalisation du pré-test de la boîte à images au niveau des cinq communes de Conakry ;
5- Réception et traitement des offres des sociétés soumissionnaires pour la réhabilitation de 15 radios rurales et communautaires ;
6- Finalisation des outils intégrés et harmonisés de formation sur la riposte à Ebola ;
7- Sécurisation des activités de sensibilisation et de la gestion des corps dans toutes les préfectures du pays, notamment dans les localités en proie à la réticence et aux violences ;
8- Réception du laboratoire de la plasmaphérèse offert par la fondation Bill & Melinda Gates pour la prise en charge des malades infectés d’Ebola ;
9- Remise d’une cargaison d’équipements offerte par l’Union Européenne composée de 17 camions, 12 véhicules 4X4, 04 ambulances, 04 minibus, 01 hôpital de campagne et 02 millions de paires de gants ;
10- Formation de 30 agents de santé en prévention de l’infection ;
11- Renforcement de la motivation des agents impliqués dans la riposte par le paiement intégral des primes dans tout le pays ;
12- Elaboration et diffusion du contenu harmonisé des kits d’accompagnement au bénéfice des malades (kits ambulance, pré-transfert, transfert, suivi des contacts et de solidarité).

ACTIVITES EN COURS
1. Préparation pour le lancement du numéro vert 115 en vue d’améliorer la surveillance ;
2. Poursuite de la mise en place des coordinations préfectorales de riposte contre la fièvre hémorragique à virus Ebola à l’intérieur du pays (Préfecture de Siguiri) ;
3. Poursuite des travaux de finition des centres de traitement de Coyah et Nzérékoré.

MESSAGE – CLE : 
Sensibilisons nos familles, proches et collaborateurs sur les mesures d’hygiène individuelle (lavages des mains au savon…) et la nécessité de coopérer avec les services de santé agréés.

Source : Coordination Nationale Cellule de Lutte contre Ebola

Commentaire (0) Clics: 5556

Forte migration du virus Ebola vers la Haute Guinée

Le centre de traitement de Gueckédou, ville située dans le sud est de la Guinée, a vu le nombre de ses patients atteindre 73 cas, tous quasiment venus de la Haute Guinée, région où l’épidémie d’Ebola serait en nette progression, a affirmé le coordinateur national de la riposte contre la maladie Dr Abdourahamane Batchily.