Une artiste guinéenne assassinée (par son mari ?) à Paris

Poupette-bangoura-600x400 Poupette Bangoura

Une jeune femme de 32 ans, d’origine guinéenne et mère d’une fille de 4 ans, meurt par suite de ses blessures dans un hôpital en banlieue parisienne. Le décès de la jeune femme a été constaté ce lundi 09 juin. Mossokoron ‘‘Poupette’’ Bangoura, la victime, était artiste danseuse très connue dans milieu culturel afro-guinéen à Paris. Les enquêtes sont en cours pour déterminer les vraies raisons de ce meurtre tragique.

Pour l’instant son homme d’origine gabonaise et présumé coupable du meurtre de sa compagne, est placé en garde à vue à Montreuil (Seine-Saint-Denis).

Selon les premières infos recueillies auprès des proches de la victime, c’est le mari lui-même qui aurait appelé les secours, lundi 09 juin, vers 3 heures, signalant que sa femme se serait blessée. Le mari aurait alors évoqué une dispute qui a mal tourné. Il a été aussitôt interpellé par les forces de l’ordre. Dans l’appartement, se trouvaient également leur fillette de 4 ans et une proche. L’enfant a été placée pour l’instant dans un endroit sûr.

Quant à la famille de la défunte, elle a été autorisée ce mardi 10 juin par le commissariat de Bobigny de revoir le corps de leur fille.

Au moment où nous mettions cet article en ligne, le  gabonais Prince Machoumat auteur des coups mortels est en garde à vue au Commissariat de Bobigny en banlieue parisienne. En attendant la version des faits du mari, c’est un autre drame tragique qui fouette la communauté guinéenne de France.

Afroguinee

Ajouter vos commentaires

0
conditions d'utilisation.

Participant à cette conversation

Commentaires (10)